SD 38 - FSU de l’ISERE
CGT, FSU, UNSA, Solidaires, CNT, FO, Unef, UNL, UEG

NON au système de retraites par points !

Jeudi 5 décembre, grève, MANIFESTATION Grenoble : 10h, gare SNCF

samedi 23 novembre 2019 par FSU 38

Les organisations syndicales et de jeunesse s’engagent à construire un plan d’action pour obtenir le retrait du projet de réforme de retraites par points et pour gagner l’amélioration du système actuel de retraites solidaire et intergénérationnel.
Jumelées avec celles faites sur les services publics, les attaques orchestrées contre notre système de retraites sont le point d’orgue de celles programmées cette année sur le système de protection sociale dans son ensemble (Loi santé, assurance-chômage, plan pauvreté, réforme de la fonction publique…)
L’émergence de luttes dans ces différents secteurs professionnels impulsées par les syndicats, la puissante grève du 13 septembre à la RATP, les nombreuses luttes pour la sauvegarde de l’outil industriel et de l’emploi, les mobilisations des « gilets jaunes », les mobilisations du mouvement féministe, celles sur le climat, prouvent la volonté des travailleurs-euses d’apporter des réponses en termes d’emploi, de salaires, d’égalité entre les femmes et les hommes, de conditions de travail… et de retraite.

Le système par points, c’est la baisse des pensions de retraite pour toutes et tous.

C’est la question de la répartition des richesses qui est centrale, à l’heure où les distributions de dividendes, les exonérations de cotisations sociales et autres aides aux entreprises battent encore des records.
Pour « sauver » le système de retraites, il suffirait d’augmenter les salaires et de cesser d’exonérer massivement le grand patronat de cotisations sociales (plus de 60 milliards annuels !). L’application de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes rapporterait plus de 6 milliards supplémentaires à la Sécurité sociale par an !

Nous revendiquons l’amélioration des régimes existants et l’abrogation des réformes régressives.

Nous voulons pour toutes et tous un départ à taux plein à 60 ans et un départ anticipé pour l’ensemble des métiers pénibles à étendre, avec le maintien des droits professionnels. Nous voulons un taux de remplacement à 75% du salaire de référence calculé sur les dix meilleures années dans le privé et sur les 6 derniers mois pour les fonctionnaires. La prise en compte des années d’étude et de précarité pour les jeunes.

Aucune retraite ne doit être inférieure au SMIC

Nous appelons à impulser des intersyndicales, des assemblées générales sur les lieux de travail et d’études.
Nous organiserons des débats publics sur tout le territoire, des interpellations des élu-es locaux et nationaux, des initiatives de sensibilisation de toute la population pour échanger sur la réforme Delevoye, sur nos propositions et sur les modalités d’actions et de riposte collective.
Les organisations syndicales et de jeunesse appellent l’ensemble des salarié-es du secteur privé comme du secteur public, des retraité-es, des privé-es d’emploi, et la jeunesse, à une 1ère journée de grève interprofessionnelle le jeudi 5 décembre 2019.
Pour faire plier le gouvernement, il nous faut gagner l’engagement des travailleur.euses, des retraité.es et de la jeunesse, afin de construire un mouvement de grève massif et reconductible ! Discutons-en dès maintenant dans nos AG.

Jeudi 5 décembre, toutes et tous en grève et dans l’action !

MANIFESTATION
Grenoble : 10h, gare SNCF



RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip 3.1.4 + Alternatives RSSActualité 38